0 Partages
Tweetez
Partagez
Partagez
Article concernant les impacts des assistances vocaux sur le SEO et les données

En appuyant sur le bouton Play de la vidéo vous consentez à l’installation des cookies YouTube.

Quels sont les impacts des assistants vocaux sur le SEO et les données ?

Réponse au QUIZZ : Le marché des assistants vocaux a vu ses ventes multipliées par 4 en un an. Plus de détails dans la section « Des marchés en pleine croissance« .

Amazon Echo, Google Home, Apple HomePad, Microsoft Cortana, Siri… Ces noms vous parlent ? Les assistants intelligents ont fait leur apparition il y a une petite dizaine d’années sur nos téléphones pour finir par s’installer chez nous. L’impact est tel que les entreprises ont commencé à s’intéresser à l’influence de la recherche vocale sur leur ranking. Mais cela n’est pas sans risque pour la sécurité de nos données. Qui sont ses assistants ? Sont-ils si populaires ? Comment les entreprises s’adaptent-elles ? Doit-on craindre pour notre vie privée ?

Accès rapide :

Qu’est-ce qu’un assistant vocal ?
Qu’est-ce que la recherche vocale ?
[Vidéo SEO] Quels changements les entreprises doivent adopter ?
Quel est l’impact des assistants sur les données personnelles ?

Qu’est-ce qu’un assistant vocal ?

L’assistant vocal ou assistant intelligent est une application logicielle qui se base sur la reconnaissance vocale du langage naturel. Elle restitue l’information par synthèse vocale.
Il existe deux catégories d’assistants vocaux : ceux qui sont disponibles sur smartphone ou ordinateur et ceux qui passent par un objet connecté.

Les assistants vocaux sur nos machines

Commande vocale smartphoneLa première catégorie symbolise la naissance des assistants vocaux pour tous. Les robots Siri et Google (le fameux « Ok Google ») se sont petit à petit installés sur nos écrans. Né en 2011, la création d’Apple, Siri, avait fait grand bruit. Ses compétences limitées à cette époque ont été enrichies par de nouvelles possibilités offrant en 2018 un assistant complet, remplaçant les commandes digitales les plus courantes.

De son côté, Google a développé un assistant vocal sur Android en 2012. À l’image de Google, l’assistant présenté était déjà bien complet, mais n’a jamais arrêté de s’étoffer.

Un troisième assistant vocal est aujourd’hui généralisé sur le marché : Cortana de Microsoft. Ce robot livré avec Windows 10 permet de parler à son ordinateur pour que celui-ci vous facilite l’usage de votre machine. Créé sur le Windows Phone en 2014, l’assistant est petit à petit venu s’intégrer à nos gros outils.

Les assistants vocaux avec terminaux

Google Home MiniLe développement concomitant des assistants intelligents et des objets connectés a ouvert la voie aux assistants virtuels sur machine créant ainsi les enceintes connectées.

Qui mieux qu’Amazon pour lancer un tel produit ? Toute leur stratégie de Consumer Intelligence repose sur un principe : simplifier la validation du panier. Le modèle a démarré par des pages web bien construites, un parcours utilisateur fluide et un raccourcissement du funnel pour se poursuivre sur la commande en un bouton. La nouvelle étape ? L’achat par la commande vocale. C’est donc en toute logique que Jeff Bezos et ses équipes se sont lancés dans l’assistant virtuel.

En 2014, c’est devant un monde ébahi qu’Amazon présente Amazon Echo, son dernier bébé, un bijou technologique dans une enveloppe très sobre. Intelligent, le système fait appel à Alexa, un service développé par la maison mère. L’appellation Echo désigne donc le duo assistant intelligent + appareil. La deuxième génération de l’IoT se prénomme Amazon Echo Dot. Plus compacte que sa grande sœur, elle est également plus abordable. Si vous vivez dans une maison connectée, regardez du côté d’Amazon Echo Plus, le dernier né de la gamme.

Jamais bien loin, Google décide de riposter et sort fin 2016 son appareil Google Home. Basé sur la technologie développée dans nos téléphones, l’objet connecté répond à de multiples commandes basées sur la voix. Prévoyant, Google lance dans la foulée Google Home Mini, un objet connecté petit format qui délivre les mêmes services que son ainé.

Amazon Echo Dot

Avez-vous entendu parler de Invoke ? Nous non plus. Ce nom est celui de l’assistant virtuel développé par la marque Harman/Kardon embarquant le système Cortana de Microsoft. Cette sortie quasi secrète nous donne une idée sur la portée de Microsoft dans ce nouveau marché. L’appareil n’est disponible qu’aux États-Unis. Surtout présenté comme une enceinte améliorée, l’outil de l’entreprise spécialisée en équipements audio est encore anonyme. Vous vous demandez quand Samsung viendra ajouter son grain de sel au marché ? Sachez qu’Harman/Kardon est une filiale du groupe Sud Coréen.

Mais Apple n’a pas dit son dernier mot. Cette année sort enfin l’assistant intelligent de la firme à la pomme. En se basant sur Siri, l’entreprise sort un objet élégant, aux très bonnes qualités sonores et assez sectaire. Uniquement relié aux outils Apple, le HomePod, très cher, n’arrive pas encore à convaincre.

« Google cherche à conserver sa position dominante comme moteur de recherche ; Amazon est adossé à un site d’e-commerce et veut surtout faciliter les achats sur son site ; Apple est davantage orienté sur la vente d’un appareil haut de gamme qui permet de consommer ses services, comme écouter de la musique »

Frank Negro —Yext

Quel assistant intelligent IoT convainc le mieux ? Ces nouvelles machines ont-elles réellement du succès sur le globe ? Petit tour d’horizon du marché mondial.

Des marchés en pleine croissance

Nombre d'assistants vocaux aux US - 2016 à 2020

Quel est le marché dont les ventes ont été multipliées par 4 en seulement 1 année ? Le merveilleux marché des assistants vocaux. En 2017, 23,5 millions d’enceintes peuplaient les foyers américains. Et la croissance n’est pas près de s’arrêter. Le cabinet Gartner prévoit une croissance plus qu’exponentielle. Rien qu’en 2019, les ventes devraient atteindre le chiffre record de 88,95 millions d’unités pour arriver à 138,25 en 2020.

La répartition des ventes au T2 2018 par Strategy Analytics

Dans deux années, 75 % des foyers américains seront équipés.

Si la communication a été efficace, les assistants vocaux n’ont pas encore réussi à convaincre. Bien que 81 % des Français connaissent les robots intelligents, seuls 19 % les utilisent régulièrement. Heureusement pour les créateurs, la jeune génération est bien plus au fait de ces nouvelles technologies, promettant une belle évolution.

Qu’est-ce que la recherche vocale ?

La recherche vocale correspond à la recherche par la voix. La saisie clavier sur un moteur de recherche est remplacée au profit de la requête orale. Celle-ci est donc plus naturelle, plus intuitive et plus humaine. La requête, de forme interrogative, est plus tournée vers l’action.

Quels sont les impacts de la recherche vocale sur le SEO ?

En un mot, énormes. Rien qu’en 2016, 20 % des requêtes sur les moteurs de recherche se faisaient via la voix. Le cabinet Comscore estime que ce chiffre va passer à 50 % en 2020.

[Vidéo SEO] Quels changements les entreprises doivent adopter ?

L’équipe de Backlinko s’est intéressée à la question. Pour y répondre, les experts ont analysé 10 000 résultats issus de requêtes sur la Google Home. Leur conclusion :

  • Ne faites pas trop compliqué. Les résultats de requête comportent en moyenne 29 mots. Le langage est simple, du niveau d’un collégien en fin de cursus.
  • La sécurité et la vitesse de chargement, de vrais éléments différenciants. Plus le PageSpeed de votre site est rapide, mieux vous apparaissez en résultat de requêtes vocales. Le protocole sécurisé HTTPS est aussi important : 70,4 % des résultats sont en HTTPS.
  • La recherche vocale ne disrupte pas la logique SEO traditionnelle. Plus votre contenu est long, plus il a de chances d’apparaître dans le top des résultats (2 312 mots en moyenne). Dans la même veine, si vous êtes déjà bien positionné sur les résultats par ordinateur, vous le serez également sur assistant vocal.
  • Ouvrez-vous. Si votre contenu est bien partagé sur les réseaux sociaux, il ressortira mieux dans les résultats de recherche vocale. En moyenne, les contenus partagés 1 199 fois sur Facebook et tweetés 44 fois accèdent aux premières places. De même, profitez des Features Snippet de Google pour vous aider dans votre SEO. Selon l’étude, 40,7 % des résultats étaient issus des Features Snippets.
  • Oubliez les idées reçues. Il ne sert à rien de créer des pages dédiées à la recherche vocale, ceci n’améliorera pas votre référencement. Concentrez-vous plutôt sur les points abordés au-dessus !

 

Focus sur le v-commerce

Dans les années à venir, ne pensez plus e-commerce ni m-commerce, mais v-commerce ! La voix devient le 4e canal de vente. Poussé par Echo, 31 % des utilisateurs ont placé un produit dans leur panier via la commande vocale. Le Think Tank Hub Institute estime que les revenus du v-commerce passeront la barre des 40 milliards de dollars dans 4 ans.

Quel est l’impact des assistants sur les données personnelles ?

Le premier problème réside dans le fonctionnement de l’assistant : celui-ci est toujours connecté afin de se réveiller lorsqu’il est appelé. Qui sait si nos conversations sont enregistrées ? Où vont ces données ? Qui les détient ? Qui peut les utiliser ? Ces informations restent très opaques pour le grand public.

Puisque le modèle économique des appareils connecté, semblable à celui du Web, repose sur un fonctionnement en « biface », le risque est gros. Le terme « biface » signifie qu’une partie des revenus vient de l’achat de la machine et une autre, de la monétisation de données.

Heureusement, des règlements comme la RGPD protègent les citoyens en Europe, mais qu’en est-il à l’étranger ? Sachant que nous n’avons pas encore de réponse claire et rassurante, la seule solution consiste à limiter les données que nous envoyons.

Pour ce faire, vous pouvez :

  • Désactiver la recherche vocale depuis votre téléphone,
  • Limiter les données qu’elle récolte
  • Opter pour des objets respectueux de votre vie privée. La start-up française Snips propose par exemple de ne pas diffuser vos données.

Plus importante que jamais, la recherche vocale va définitivement guider les stratégies SEO et SEM dans les années à venir. Le marché grandissant des IoT et le recours croissant à la requête par la voix vont forcer même les plus retissant à s’intéresser à la question. Attention cependant au contrôle des données et à son impact sur le comportement des utilisateurs. Gageons que les innovations seront accompagnées de nouvelles réglementations limitatrices pour les entreprises.

Publicités

0 Partages
Tweetez
Partagez
Partagez
0 Partages
Tweetez
Partagez
Partagez