Gros plan sur le phygital

Contraction entre physique et digital, le phygital incarne la transformation numérique des enseignes de vente. Majoritairement utilisé dans le retail, le phygital allie performances web et processus d’achat en magasin. Les enseignes se dotent d’outils digitaux afin d’améliorer le C.A de leurs magasins. Pour bien appréhender ce concept, il faut comprendre un élément essentiel : le phygital ne se concentre pas sur l’expérience en magasin, mais sur l’expérience d’achat. Avant-vente, comparaison, achat et après-vente représentent les grandes étapes du phygital. Focus sur un phénomène ambitieux et profitable.

Comprendre le phygital

Pourquoi avoir créé le phygital ? Pour deux raisons : l’essor de l’e-commerce et l’accès aux outils digitaux. Les ventes dans l’e-commerce progressent de 14,3 % depuis trois ans, remplaçant petit à petit les ventes en magasin. D’un autre côté, plus de deux tiers des consommateurs utilisent leur smartphone en magasin pour comparer ou trouver des offres.

Les usages du phygital

Afin de répondre à ces nouvelles habitudes de consommation, les magasins se sont mis au phygital. Celui-ci répond à de multiples objectifs :

·        Fluidifier l’achat de la prévente à l’après-vente

·        « Augmenter » les magasins afin d’élaborer une stratégie omnicanale

·        Personnaliser les offres et les services adressés aux clients grâce à la collecte de données

·        Intégrer les solutions mobiles pour s’adapter aux usages

·        Favoriser les échanges avec la marque via les réseaux sociaux

Les outils du phygital

Pour atteindre ces objectifs, les enseignes se sont dotées de multiples outils :

L’e-réservation : présente dans les magasins de mode, l’e-réservation permet au client de réserver une pièce pour l’essayer, sans obligation d’acheter. Cet outil présente deux avantages : pallier le manque de sensations que procure l’e-commerce et encourager le déplacement en boutique.

Le click and collect : déployé dans tous les secteurs, le click and collect est le cousin du drive. Il permet de faire ses achats en ligne et de les récupérer en magasin. Le client s’évite ainsi les frais de livraison.

L’achat en ligne depuis la boutique : si le produit recherché est en rupture de stock dans le magasin, le client peut l’acheter en ligne via les outils de stock internes. Le vendeur est un élément clé de cette solution puisqu’il passera commande pour le client.

Le conseiller : les collaborateurs se l’enseigne possèdent des outils digitaux internes permettant de faciliter l’acte d’achat. Dans cette optique, le rôle du vendeur se mut en conseiller. L’expert accompagne, guide et conseille le client.

Le clienteling : grâce aux données que le client transmet, le conseiller incarne un véritable accompagnateur dans le parcours client. Il est à même de lui proposer des produits susceptibles de lui plaire, de lui signaler les nouveaux arrivages ou de lui faire des offres personnalisées.

Ce concept est extrêmement intéressant pour les enseignes qui souhaitent retrouver des clients dans leurs boutiques. Quels sont les meilleurs exemples et les cas d’école ? Grizzlead vous dévoile tout la semaine prochaine !

By | 2018-04-20T08:55:51+00:00 13 avril 2018|Non classé|

About the Author:

Leave A Comment